dimanche 10 janvier 2021

 VALSE A 2 TEMPS

Fabuleuses moto 500 cm3 2 temps,

il y a encore quelques temps j'en étais l'heureux propriétaire, mais restrictions obligent, je les ai vendues à des collectionneurs....4 cylindres en V et 3 cylindres en ligne ! quelle belle valse à deux temps :

il y a longtemps j'avais 20 ans








vendredi 1 janvier 2021

 Bonne ANNEE 2021

il fait - 3° ce matin,

1er JANVIER,
le coeur est brulant
l'esprit est lumineux
pour toutes CELLES et CEUX que l'on AIME
douceur et bonheur

depuis l'étang :
Venus,
Eole,
Mars,
Némo

Depuis notre Galaxie
et son joli domaine :

le Paradis de la MAISON PERDUE

nous faisons des bisous au MONDE entier

VIVE 2021 !



















lundi 21 décembre 2020

 MORGAN 25 ans tué par un chasseur devant chez lui

POUR MORGAN, UN TRES BEL ARTICLE PARU DANS LIBERATION :
publié le 20 décembre 2020 à 17:11
EXTRAIT INTEGRAL :
"Morgan Keane : non, ce n’est pas normal de mourir à 25 ans
Je me souviens de mes promenades d’enfance sur les chemins, avec mon frère, à imiter le cri des Indiens ou à hurler très fort : «On n’est pas des animaux !» C’était pour nous plus un jeu qu’une question de vie ou de mort, des paroles d’enfants qui s’amusent à défier un danger auquel ils ne croient pas vraiment. Aujourd’hui, dans le silence et le vide de mon cerveau, qui tourne à toute allure et brasse beaucoup d’air depuis quelques jours, c’est ton nom qui résonne, Morgan, c’est ton nom que nous sommes nombreux à crier, à dire, à pleurer ou à murmurer. Tu ne nous entends plus. Et ils ne nous écoutent toujours pas. Pourtant, nous sommes en colère. Une colère que le chagrin accentue, une colère de celle qui fait grincer les dents, trembler les mains, qui vous serre la gorge et vous retourne l’estomac.On aimerait pouvoir se battre avec tes armes, Morgan. Ta douceur, ton indulgence, ta bienveillance, ton amour. Mais ils ne parlent pas ton langage. Ils nous parlent de tradition, de régulation, de ruralité, d’accident, de nécessité, de propriété, de 4×4, de gros calibres, de statistiques. Des mots qui ne veulent rien dire, mais qu’ils pensent irréfutables parce qu’ils ressemblent à ceux qu’utilisent nos gouvernants ; un langage froid, sans visage, le langage de la brutalité, du profit, des intérêts, de l’indifférence.C’est un peu facile, «un accident de chasse». Parce que derrière un «accident» de plus, un chiffre de plus, il y a quelqu’un qui a tiré sur quelqu’un et a tué une personne, qui dira qu’il n’a pas fait exprès et qui s’en tirera sûrement avec un an de sursis et quelques années d’interdiction de chasser. Parce que la loi le permet. Parce que le vide juridique qui entoure l’activité de la chasse permet que ce genre d’accidents arrive et ne soit considérés que comme des accidents. Alors, on additionne des chiffres sans nom, et on explique encore une fois que le risque zéro n’existe pas.La mort, c’est toujours triste, souvent dégueulasse et toujours injuste, surtout quand on a 25 ans. Mais Morgan est mort tué tout près de sa maison par un chasseur. Je lis ces mots et je n’arrive toujours pas à les croire. Ils semblent sortis tout droit d’une autre époque. Mais on a beau ouvrir grand les yeux, ça n’a rien d’un cauchemar : on est bien en 2020, en France, et on laisse des gens tirer dans la nature avec des armes de guerre.Un chasseur m’a dit un jour que de toute façon, on pouvait mourir n’importe où, n’importe quand, en traversant la rue, au volant de sa voiture… comme si c’était normal. Mais on en a marre d’accepter vos excuses. Plus que jamais aujourd’hui, elles sonnent faux et on meurt d’envie de vous les jeter à la figure. Non, ce n’est pas «normal» de mourir à 25 ans d’une balle dans la poitrine en coupant du bois devant chez soi. Céder à la colère, c’est peut-être le plus simple, mais se taire, c’est participer à leur hypocrisie et se ranger de leur côté, du côté de ceux qui ont toujours raison et qui veulent nous faire croire qu’ils sont les plus forts.On va encore crier ton nom longtemps, Morgan. Tu ne deviendras jamais un chiffre sans nom. On n’oubliera pas le son de ta voix, de ton rire, ce regard plein d’amour que tu portais sur les choses et les gens, et qui nous faisait nous sentir exister profondément. Et si un jour on arrive à rendre ce monde un peu plus tendre et un peu plus beau, si on arrive à faire reculer l’injustice et la barbarie, c’est toi qui nous en auras donné la force."

vendredi 18 décembre 2020

 LE SOLEIL EST UN DIEU,

ET LE CIEL EST TOUT BLEU

18 décembre 2020 peu avant midi,
Quelques instants de bonheur dans notre petit paradis terrestre



























mercredi 18 novembre 2020

 "L'INSURMONTABLE SURMONTE"......mais la facture fut salée !

r